Consensus sur les cardiomyopathies du chat : de la classification à la prise en charge

© Objectif saveurs- Fotolia

Médecine interne

Les cardiomyopathies sont un groupe de maladies hétérogènes aux origines souvent inconnues chez les chats. L'American College of Veterinary Internal Medicine (Acvim) a publié, en février, un consensus sur la classification, le diagnostic et la prise en charge des cardiomyopathies félines. Ces articles, publiés dans La Dépêche Vétérinaire, font le point :

>> Classification phénotypique et diagnostic (cliquer sur le lien)

L'Acvim propose une classification qui s'appuie sur celle de l'European Society of Cardiology et se base sur une approche phénotypique et clinique de la maladie. Un système de classification des cardiomyopathies en stades, du A au D, selon le risque ou non de complications et l'impact clinique de l'affection chez le chat, complète une définition basée sur les modifications cardiaques observées. La cardiomyopathie hypertrophique est le phénotype le plus fréquent. Des races sont suspectées d'être plus à risque, comme le Maine coon ou le ragdoll.

>> Une prise en charge selon le stade (cliquer sur le lien)

Pour l'Acvim, la prise en charge thérapeutique des myocardiopathies est fonction du stade de la maladie. Lors de forte suspicion de décompensation d'insuffisance cardiaque sans que des radiographies ou une échographie soient réalisables, un traitement empirique à base de furosémide doit immédiatement être mis en place. L'animal doit être dans un environnement calme, supplémenté en oxygène et l'administration d'anxyolitique (butorphanol) peut permettre de limiter le stress. La fluidothérapie intraveineuse est contre indiquée, même si des diurétiques sont administrés concomitamment.

Envoyer à un ami

Password lost

Reçevoir ses identifiants